sábado, 25 de febrero de 2017

LE SALON DE L’AGRICULTURE
                                        Resultado de imagen de le salon de l'agriculture 2017
Source de l'image: http://www.voyagesbernard.fr/les-sorties-par-voyages-bernard/paris-salon-de-lagriculture-2017.html


     À son arrivée ce vendredi 24 février au Salon de l'Agriculture, Fine, la star de l'évènement se faisait un peu désirer. La mascotte est visiblement moins à l'aise en public que sur les photos. La vache affiche des mensurations modestes : 450 kg. Et surtout, une physionomie parfaite.

Plus de 600 000 visiteurs (vidéo)

    Alors que les autres invités s'installent tranquillement dans leur box, d'autres s'offrent une virée. Indienne, une vache venue du Jura, a pris la clef des champs. Quelques minutes de liberté volée et une grosse frayeur pour les pompiers, avant qu'elle ne regagne sagement son stand. Le salon ouvre ses portes samedi 25 février au matin. En neuf jours, plus de 600 000 visiteurs vont arpenter ces allées. Un rendez-vous toujours aussi politique, que François Hollande sera le premier à honorer.



jueves, 23 de febrero de 2017

L'ENSEIGNEMENT DE L'HISTOIRE ET LA POLITIQUE
Resultado de imagen de histoire de france
Source de l'image: https://www.little-linguist.co.uk/ma-premiere-histoire-de-france.html

François Fillon président, il promet de refaire l'Histoire. Il pense que les Français en ont besoin. Il veut demander à des Académiciens de réécrire les programmes d'Histoire en France. "Avec l'idée de les concevoir comme un récit national", précise-t-il.

Des histoires voulues par les politiques

Ce qu'il entend par "récit national", c'est Clovis, premier roi baptisé, c'est Jeanne d'Arc qui repousse les Anglais, c'est Louis XIV ou encore Napoléon Bonaparte et son épopée conquérante. C'est une histoire faite d'hommes et de femmes dont le destin aurait forgé l'identité de la France. Mais cette Histoire-là, des historiens veulent pouvoir en discuter. Car l'Histoire est une science et certains de ces épisodes sont des légendes voulues par les pouvoirs politiques. Exemple avec la colonisation.

Source:  Franceinfo tv Mis à jour le publié le 
LA FOURRIÈRE UNE BONNE AFFAIRE?
Resultado de imagen de la fourriere
Source de l'image: http://www.turbo.fr/actualite-automobile/719069-insolite-fourriere-paris-voiture-enfant-dormant-arriere/

Elles sont la hantise des automobilistes. Quand ces dépanneuses blanches arrivent en ville, tout le monde sait ce que ça veut dire : enlèvement de véhicule imminent. Ces enlèvements sont effectués par des sociétés privées. Mais respectent-elles vraiment les règles ? Y a-t-il des abus ?

250 000 enlèvements à Paris

Dans cette fourrière du Val-de-Marne, avant chaque enlèvement, il y a d'abord un appel du commissariat, c'est la procédure. Puis, sur place, des agents municipaux attendent l'employée de la fourrière. Pour cette dernière, le nombre d'enlèvements ne change rien à son salaire. À Paris en revanche, c'est 250 000 enlèvements par an et une toute autre ambiance. Dans les rues de la capitale : il faut faire du chiffre. Ici, les employés ont une prime quand ils enlèvent plus de véhicules. Résultats, certains doubleraient leur salaire, proche du smic, en enlevant près de 25 voitures par jour.

Fourrière : quand la politique du chiffre prime

Source: Franceinfo tv  Mis à jour le publié le 
                      Resultado de imagen de la fourriere
Source de l'image: https://www.fourriere.pro/
LE TRAVAIL 
DE        DÉTECTIVE
Resultado de imagen de detective sherlock holmes
Source de l'image: https://es.pinterest.com/gabprof/gestion/

Les patrons n'hésitent plus à faire appel à des professionnels pour des filatures et contrôles sur leurs employés. La question se pose d'une limite à ne pas dépasser concernant le respect de la vie privée des salariés. France 2 a suivi l'un de ces détectives en pleine filature d'un homme pour le compte de son employeur, dont il a reçu les instructions de la part d'un avocat qui représente un réseau d'agences immobilières.

Des règles à respecter

L'employeur en question soupçonne son employé de contrevenir à la clause de son contrat concernant la concurrence déloyale. Une pratique qui se banalise mais qui pose des questions très sérieuses sur le respect de la vie privée. Le chef d'entreprise a pourtant légalement le droit de faire appel à une société d'investigation en cas de soupçons fondés, même s'il y a bien sûr des limites à respecter quant à la méthode utilisée.

Détectives : des salariés sous surveillance

Source: Franceinfo tv  Mis à jour le publié le 

sábado, 18 de febrero de 2017

UN EMPLOI SUR DIX SERAIT MENACÉ PAR LA ROBOTISATION
        Resultado de imagen de DANGER POUR L'EMPLOI PAR LA ROBOTISATION,
 Source de l'image:  http://lesrobotsfautilenavoirpeur.weebly.com/pour-aller-plus-loin.html

Après le débat sur l'automatisation des caisses enregistreuses dans les supermarchés, l'heure est à la réflexion sur la robotisation de l'emploi. Dans les 15 prochaines années, 330 000 emplois d'ouvriers disparaîtront. Le ménage du futur sera également fait par des robots, menaçant ainsi l'emploi de quelque 320 000 agents d'entretien. Au total, 10 %, soit 1,5 million d'emplois sont appelés à disparaître.

Le progrès, source de création d'emplois

"Mais il faut relativiser, dit le journaliste Jean-Paul Chapel. À chaque révolution industrielle, il y a des pessimistes pour prévoir un chômage de masse, la réalité est tout autre. Il y a de nouveaux emplois qui se créent. C'est ce qu'appelait en 1911, l'économiste et philosophe Joseph Schumpeter, "la destruction créatrice". Aujourd'hui, les nouveaux emplois, c'est par exemple animer des réseaux sociaux, développer des applications pour smartphones."

Robotisation et progrès technologique : quelle menace pour l'emploi ?


La « robolution » est en marche. Portés par les progrès technologiques, les robots entrent dans une nouvelle ère. Leur champ d’action s’étend progressivement à tous les domaines et secteurs : de la médecine à l’agriculture en passant par la logistique et l’aide à la personne. Si la révolution de la robotique est lancée, ses impacts sur l’emploi (compétitivité, productivité, création ou destruction de postes) sont eux difficilement quantifiables et font l’objet de nombreux débats. « Le robot n’est pas l’ennemi de l’emploi », a déclaré le ministre de l’Économie Emmanuel Macron, en présentant le 18 mai dernier son plan pour l’industrie. Deux visions s’opposent cependant. D’un côté ceux qui affirment que la robotique va contribuer à la création de nombreux emplois et de l’autre, ceux persuadés que les robots remplaceront l’emploi des ouvriers et des cadres, au point de devoir envisager une nouvelle manière d’appréhender le travail. Re.sources propose 5 graphiques pour mieux comprendre l’impact de la robotique sur l’emploi, en France et dans le monde.
Source: Franceinfo tv

Resultado de imagen de DANGER POUR L'EMPLOI PAR LA ROBOTISATION,
   Source de l'image: http://www.objetconnecte.com/robotique-enjeux-secteur-avenir-partie-2/

Resultado de imagen de DANGER POUR L'EMPLOI PAR LA ROBOTISATION,
Source de l'image: http://lesmoutonsenrages.fr/2016/09/16/mutation-du-travail-le-noir-horizon-de-la-robotisation/

Imagen relacionada
Source de l'image: https://fr.statista.com/infographie/4479/les-10-metiers-les-plus-menaces-par-les-nouvelles-technologies/



BRIAN SKERRY PHOTOGRAPHE SOUS-MARIN
                 Brian Skerry : "Nous avons causé trop de dommages à l'océan"
Source de l'image: © Brian Skerry Brian Skerry : "Nous avons causé trop de dommages à l'océan"

Plongeur depuis 40 ans, Brian Skerry arpente depuis 20 ans les fonds marins avec «National Geographic». Il nous raconte son quotidien de photographe sous-marin.
                   Brian Skerry : "Nous avons causé trop de dommages à l'océan"


Le monde merveilleux de Brian Skerry por F3languedocroussillon
Comment être vous devenu photographe sous-marin ?
Tout a commencé avec l’envie d’être plongeur. Enfant, je vivais dans l’Etat du Massachussetts, aux Etats-Unis, près de Boston et je passais mon temps à rêver de l’océan. Mes parents m’amenaient souvent à la plage, je trouvais que l’océan était un lieu de plénitude, mais il m’inspirait aussi de l’excitation et un grand désir de l’explorer. Il représentait pour moi un grand mystère et j’imaginais tant de choses que je pouvais découvrir sous l’eau. A l’époque, les documentaires de Cousteau étaient très populaires et j’en regardais beaucoup et j’avais très envie d’être moi aussi sur la Calypso.
Alors à mes 15 ans, j’ai passé mon brevet de plongeur dans l’idée de devenir un explorateur sous-marin. Un an après, je suis allé à une conférence sur la plongée à Boston et je me souviens de m’être assis parmi l’assistance, et d’avoir été subjugué par les photographes et réalisateurs qui présentaient leurs travaux. Et j’ai eu ce que j’appelle une «révélation» et je me suis dis que c’était un moyen parfait d’explorer l’océan. D’où je venais, une petite ville industrielle, personne autour de moi ne faisait partie de ce milieu. Je ne savais pas quoi faire comme études, et finalement je me suis inscrit en cours de photographie et en réalisation audiovisuelle ne sachant pas choisir.
J’ai continué à apprendre à plonger en explorant les épaves. Et bien plus tard, j’ai acquis une plongée plus technique : avec des gaz mélangés, du nitrox, de l’hélium pour explorer des épaves à 90 mètres de profondeur en Nord Atlantique. Je ne suis jamais devenu instructeur de plongée mais j’ai acquis une grande aisance technique en plongée avant de devenir photographe.
Depuis quand travaillez vous pour «National Geographic» ? Comment travaillez-vous avez le magazine ?
Depuis 1998 et je viens d’y publier mon 24ème reportage. Chaque sujet commence toujours par une proposition ou une idée de ma part à l’équipe éditoriale de «National Geographic». Je peux proposer une histoire sur un animal en particulier, un endroit, un enjeu environnemental ou une espèce à laquelle je m’intéresse. Habituellement, je passe beaucoup de temps à faire mes recherches, environ quelques mois et parfois une année entière...
Je rédige ensuite une proposition avec la rédactrice en chef avec qui je travaille depuis toujours, Kathy Moran (en charge des projets d’histoire naturelle chez «National Geographic»). Nous en parlons ensemble et si elle aime mon projet, elle le propose au comité éditorial du magazine. S’ils acceptent de produire le sujet, je dois préparer un plan de projet qui doit contenir mon budget, les lieux que je veux documenter et ce que je veux y faire.
Je suis parfois limité dans mes possibilités mais une fois mon budget approuvé, je me lance. Et l’ingérence de «National Geographic» s’arrête là. A partir de là, c’est moi qui décide où aller et qui seront les scientifiques avec lesquels je travaillerai. Je contrôle mon propre planning et mon propre matériel. Quel que ce soit le sujet, le processus est similaire d’un sujet à l’autre.
Combien de temps restez vous sur le terrain en reportage ?
Je voyage 8 à 9 mois par an et je suis sur le terrain la plupart du temps. Une fois mon projet approuvé, je pars environ 12 à 14 semaines au total. Cela comprend plusieurs voyages, car je ne reste jamais plus de trois semaines à un mois au même endroit. Je dois parfois y retourner dans l’année pour y photographier de nouvelles choses. L’an dernier, j’ai fait un reportage sur les requins tigres et j’ai été aux Bahamas, en Afrique du Sud et à Hawaï. Douze semaines sur le terrain au total.
La plupart du temps, je rejoins un scientifique sur place qui connaît le sujet sur lequel je travaille. J’ai vraiment besoin des scientifiques, leurs connaissances des espèces est inestimable pour la réalisation de mon reportage.
Mes assistants sont aussi très polyvalents. C’est finalement un job assez difficile parce qu’il requiert pas mal de compétences. 
Quels sont les aspects les plus difficiles de votre métier ?
Ne pas pouvoir contrôler les différents paramètres. Quand vous travaillez comme photographe de studio, vous pouvez contrôler entièrement la situation, la lumière, le lieu où placer votre sujet. Mais quand on photographie la faune sous marine dans son milieu naturel, on ne peut pas contrôler les animaux, ils font ce qu’ils veulent, ils ne se montrent pas s’ils n’ont pas envie.
En tant que photographe sous-marin, je ne peux rester sous l’eau que le temps de ma consommation d’air contenu dans ma bouteille, c’est à dire à peu près une heure. Je dois me tenir le plus près de mon sujet, je ne peux pas utiliser d’objectif longue distance… Moi, mon problème est qu’il me faut une distance maximum de quelques mètres et ceci pendant un temps extrêmement restreint.
Je ne sais jamais à l’avance si l’animal sera là ou si la visibilité sera bonne et parfois les poissons ne sont pas intéressés par ma présence alors ils ne veulent pas s’approcher. Il faut persévérer jusqu’à obtenir un bon résultat. Trois mois pour réaliser mon reportage, ça peut paraître long, mais en fait c’est très court… Car les bonnes occasions sont rares pour faire de bonnes photos…
Dans quelle partie du monde préférez-vous travailler ?
Il y a plein d’endroits où je n’ai encore jamais travaillé qui m’intriguent ! J’ai travaillé en Afrique du Sud il y a 2 ans pour la première fois et j’ai très envie d’y retourner : il y a tellement de bons reportages à faire là-bas. J’aime aussi travailler dans les pôles, en Arctique et Antarctique. En fait, c’est plutôt l’histoire qui choisit l’endroit Je suis plus intéressé par une espèce que par un lieu en particulier et j’irai là où je peux la trouver. Et bien sûr, trouver un endroit que personne n’a photographié  avant, ça m’intéresse. J’aimerais faire un sujet dans un estuaire, dans le sud de la France ou en Russie. 
Quels sont les endroits les plus impressionnants que vous avez photographiés ?
Celui qui a fait la couverture de National Geographic en 2004 sur les phoques en Arctique. J’ai passé 2 saisons à travailler sur leur migration saisonnière vers le sud, au Canada. Je vivais sur un bateau, il y avait beaucoup de phoques, de mères avec leurs bébés et il faisait extrêmement froid. C’était très dur de travailler dans ces conditions :faire des photos à la surface et dans de l’eau à -2 degrés. Mais la vie sous l’eau était spectaculaire.
Les îles au nord et au sud de la Nouvelle Zélande m’ont aussi beaucoup inspiré, Il y a là-bas une grande diversité de faune et de flore. Il me semble qu’au final dans chaque endroit que je photographie j’y trouve de la beauté : requins en Australie, des espèces spectaculaires au Japon… ça me rend encore plus accro je crois !
Que pensez vous de l’impact du réchauffement climatique sur la vie sous-marine ?
C’est le problème le plus important que nous avons à affronter en ce moment. Beaucoup de gens ne réalisent pas que chaque respiration d’être humain provient de l’océan. Plus de 50% de l’oxygène que nous consommons en ce moment en provient. Les algues, planctons et autres récifs de coraux nous fournissent notre oxygène. Et notre océan est le plus grand consommateur de carbone. Mais nous lui avons causé trop de dommages : surpêche, destruction de l’habitat, pollution et aussi une surproduction de carbone.
L’océan ne peut plus tout absorber. Sa capacité maximale est atteinte. Cela a généré une acidification de l’océan et chaque être vivant constitué de calcium (mollusques, étoiles de mer, coraux, baleines) qui se nourri de protéines se meurt peu à peu et disparaît. Il ne peut pas être aussi résistant et il est trop sollicité depuis 60 ans : 90% des requins et des thons ont disparus et nous avons perdu 50% des récifs coraux de la planète. Il y a trop de plastique dans l’océan et la mangrove a été détruite au profit de terrains de golf ou de complexes touristiques.
Cousteau a dit : «Si l’océan meurt, nous mourrons». Et c’est totalement vrai, la vie humaine tient beaucoup à la santé de l’océan. Dans notre meilleur intérêt, nous devrions protéger l’océan. La plupart des scientifiques nous disent que pour avoir un avenir sain, nous devrions protéger au moins 30% de l’océan en créant des réserves marines. Il n’y a que 3% de l’océan qui est protégé aujourd’hui. Il y a du chemin à faire mais nous savons que si nous passons à l’action, les espèces peuvent revenir, les fonds marins peuvent se reconstruire et ils agiront comme une barrière aux changements climatiques.
Aujourd’hui nous comprenons les problèmes et nous connaissons les solutions, nous devons juste agir, nous devons pousser les gouvernements et les pays à créer ces grandes réserves marines.
Avez-vous remarqué cet impact depuis que vous avez commencé votre carrière ?
Oui beaucoup. Juste depuis que j’ai commencé ma vie de plongeur, j’ai vu de moins de moins de poissons au cours des années. Avant, on pouvait voir des bancs immenses de poisson là où j’ai grandi en Nouvelle Angleterre : bébés poissons, morues et beaucoup d’autres espèces ont disparues. Les sublimes récifs de coraux d’il y a 20 ans sont tous morts maintenant, acidifiés. Tout est dévasté. Il y a des endroits où l’on voit que la faune et la flore reviennent dans certaines zones protégées mais au cours de ma carrière, j’ai surtout vu les choses s’aggraver et c’est en grande partie pour ça que je continue à faire ce que je fais et à documenter les fonds marins parce que je pense que c’est important que les gens comprennent ces choses.
Source: http://www.msn.com/fr-fr/actualite/technologie-et-sciences/brian-skerry-nous-avons-caus%C3%A9-trop-de-dommages-%C3%A0-loc%C3%A9an/ar-AAn3qWJ?li=BBoJIji
LE DECLIN COMMERCIAL DES CENTRES-VILLES 
Resultado de imagen de les centres villes se vident de leurs commerces
Source de l'imafe: http://www.gondola.be/fr/news?page=97

Centre-ville : le taux d'inoccupation des commerces a explosé dans les villes moyennes

Aujourd'hui, lorsqu'on se promène dans un centre-ville, on s'aperçoit qu'un magasin sur 10 est fermé. En 2001, le taux d'inoccupation des commerces n'était pourtant que de 6%. Mais quels sont les lieux les plus touchés ? Ce sont les villes moyennes, en particulier les plus petites d'entre elles, de moins de 70 000 habitants.

24,5% pour Béziers

En 2001, seulement une sur dix était concernée. En 2015, c'est une sur deux. Dans certaines villes, le nombre de magasins vides atteint même des records, c'est le cas de Forbach (22%), Châtellerault (22,5%) ou encore Béziers (24,5%). Seules les grandes agglomérations ou les villes touristiques tirent leur épingle du jeu. Par exemple Toulouse, Strasbourg ou encore Deauville et Menton.

Désertification des centres-villes : où sont passés les commerces ?

C'est une petite commune touristique située en plein cœur de l'Ardèche : Annonay, 17 000 habitants, entre Lyon et Valence. Nous sommes en pleine semaine, un mercredi. Il y a peu de monde dans les rues. Et difficile aussi de trouver un commerce ouvert. En 15 ans, le taux de boutiques inoccupées est passé de 7 à 21%.

La concurrence des supermarchés

Dans chaque rue, il y a des locaux à vendre et des rideaux tirés. Symbole de cette désertification commerciale, la rue Boissy-d'Anglas. Une commerçante y tient une mercerie depuis plus de 10 ans et c'est un peu la dernière survivante de cette rue : la papeterie est partie, ainsi que la mercerie, le magasin de vêtements et la droguerie. Pour elle, les habitants iraient voir plus facilement acheter des produits dans les supermarchés. À Saint-Brieuc (Côtes-d'Armor), la ville a décidé de prendre des mesures pour éviter la désertification commerciale.
Source: France 2 France Télévision Mis à jour le publié le 

«Les centres-villes se vident de leurs commerces », dans « Le Monde » du 12 janvier

Rideaux baissés, boutiques à vendre, rues piétonnes moribondes… La France connaît, comme les Etats-Unis, le phénomène des villes en déclin. Cette désertification touche principalement les villes moyennes de moins de 100 000 habitants, à l’image de Béziers, Vierzon et Calais. Les municipalités tentent d’enrayer cette spirale en multipliant les animations, alors que la place de la voiture fait polémique.

« La vacance commerciale – la proportion de magasins vides – progresse d’année en année depuis quinze ans. En 2014, le taux atteint en moyenne 8,5 % pour les 300 plus grandes villes de France », observe Pascal Madry, directeur de Procos, une fédération qui rassemble 260 enseignes du commerce spécialisé, dans le dossier du cahier « Eco & entreprise » du Monde du 12 janvier. L’auteur de l’article, Olivier Razemon, explique que cette désertification pèse lourdement sur l’activité économique (recettes fiscales en baisse, alors que les municipalités des « villes-centres » doivent par exemple assurer des fonctions qui bénéficient à l’ensemble de l’agglomération, comme les transports ou l’animation culturelle).

Les raisons en sont multiples, parmi lesquelles le développement du commerce en ligne, mais pas seulement. En effet, les difficultés du commerce de détail constituent en fait l’aspect le plus flagrant d’un phénomène plus large, les villes moyennes partageant au moins trois autres caractéristiques qui signent leur déclin : une population qui stagne, des revenus moyens en baisse et une part croissante de logements vides.

Les grandes métropoles et les villes touristiques échappent à cette paupérisation largement provoquée par l’étalement urbain, relève Olivier Razemon : « Les allées et venues des visiteurs sauveraient le commerce, mais aussi l’habitat »
Source: http://lemonde-emploi.blog.lemonde.fr/2016/01/11/les-centres-villes-se-vident-de-leurs-commerces-dans-le-monde-du-12-janvier/

                                 Resultado de imagen de les centres villes se vident de leurs commerces
Source de limage:  http://www.lemonde.fr/economie/article/2016/01/11/centres-villes-a-vendre_4845066_3234.html